De l’obligation d’esquiver les go sexy de Lomé en décembre

25 décembre 2014

De l’obligation d’esquiver les go sexy de Lomé en décembre

Décembre, c’est un mois de fêtes et la timide ambiance qui règne actuellement à Lomé prête à croire que les Togolais dans leur situation économique morose n’ont pas le cœur à la fête. Tant s’en faut. Les gens tirent peut-être le diable par la queue, mais font de drastiques économies pour être de la fête. Pour y parvenir, tous les moyens sont bons. En décembre, une règle d’or s’impose chez les hommes : s’abstenir de flirt avec la première venue pour ne pas briser sa santé financière.

Un jour de décembre où je suivais un cours en amphi avec un pote, ce dernier me confiait sa libidineuse passion pour une fille qu’il avait aperçue dans la salle.
– Regarde cette go à droite, me dit-il en tournant furtivement le regard vers elle.
J’avoue que la demoiselle en question était une vraie beauté avec des formes affolantes qui pouvaient mettre en branle vos sens. Bref c’était le genre de bombe que mon ami aimerait bien ajouter à ses conquêtes.
– Je voudrais bien avoir son contact, mais il me faut attendre un peu avant de passer à l’attaque.
– Pourquoi donc ?
– Nous sommes en décembre, mon cher. En ce moment, tu trouveras des filles toutes gentilles qui tenteront de t’aguicher pour faire de toi un sponsor pour les fêtes. Pas question de mordre à l’hameçon en cette période.
Il ne m’apprenait rien puisque j’avais déjà entendu ce genre de discours. Mais sa réponse m’a fait comprendre qu’ici le principe était bien intégré dans le subconscient masculin.
Depuis plusieurs années déjà, beaucoup d’hommes estiment que la vigilance doit être de mise en décembre, surtout quand on n’a pas la poche bien solide. Ils sont persuadés que c’est le moment où de plus en plus de filles opportunistes courent les rues. Des filles qui avec des tenues légères sur le corps, se pavanent dans le but de vous taper dans l’œil et vous inciter à débourser au risque de vous ruiner.

Alors messieurs, il vous est recommandé de feinter ou faire gweta* à toutes ces filles sexy que vous apercevrez dans leur déhanchement. Ce sont probablement des prédatrices prêtes à dévorer votre pauvre budget sans pitié. En tout cas, sachez bien ceci.

« Faut jamais chercher femme dans le mois de décembre. Parce qu’en décembre elles ont deux choses dans la tête: comment fêter le 24 et le 31 décembre. »

C’est un conseil des Ivoiriens de magic system qui ont saisi la leçon depuis fort longtemps. Bon pour les incrédules voilà preuve à l’appui.

Si vous êtes un célibataire en quête du grand amour, inutile de chercher en décembre, car vous avez de fortes chances de tomber carrément sur une allumeuse. Si vous êtes en couple, occupez-vous tranquillement de votre partenaire sans vous hasarder à voir ailleurs. Quant aux dragueurs fieffés, c’est plutôt compliqué. Après avoir passé l’année à multiplier les conquêtes, ils se trouvent acculés en décembre. Par peur de se ruiner, ils ne manquent pas d’astuces pour échapper aux nombreuses sollicitations. Des astuces qui peuvent consister à bloquer les appels de leurs partenaires ou leur faire croire qu’ils ont voyagé en attendant que le temps des fêtes s’écoule.

Mesdames, peut être qu’après avoir lu les précédentes lignes vous allez me taxer de machisme ou m’accuser de réduire la femme togolaise au matérialisme, mais rassurez vous. Il ne s’agit pas de me cramponner aux clichés ou de dévaloriser la femme togolaise. Néanmoins il nous faut reconnaître que le phénomène dont je parle est bien réel. La précarité économique pousse des jeunes filles à user de leurs atouts physiques à des fins alimentaires.

image: sikaamags.info
Image : Sikaamags.info

 

Les sentiments importent peu pour celles-là qui recherchent un intérêt particulier auprès de ceux qui tombent sous leur charme. Pour obtenir des faveurs matérielles, on n’hésite pas à fréquenter des hommes qui ont l’âge d’un parent ou même d’un grand-parent. On en trouve qui du jour au lendemain ont à leur disposition une moto ou une voiture offerte par leur (s) amant(s).

Les errements de ces jeunes dames je les déplore autant que les frasques auxquelles se livrent bon nombre d’hommes dans le pays. Il nous faut comprendre que nous sommes à l’ère de l’égalité des sexes où la femme est en droit d’aspirer à une certaine autonomie au même titre que l’homme. C’est pourquoi je voue un profond respect à celles-là qui malgré la pauvreté refusent la facilité et se battent pour leur émancipation. A bon entendeur..

En attendant d’entrer de plain-pied en 2015, je souhaite à toutes et à tous de joyeuses fêtes et une heureuse année.

Faire gweta: terme du jargon urbain qui signifie esquiver

Partagez

Commentaires

renaudoss
Répondre

Hmmm! C'est ça tu dis doucement comme ça!? C'est Super Gweta même qu'il faut faire. (Mais plus sérieusement, c'est vraiment un phénomène réel et encore très prégnant). Ce n'est pas ça qui va faire avancer la condition de la femme je le crains, en tout cas d'ici-là, on attend janvier pour les affaires de conquêtes là :D (Au fait, je te trouve bien optimiste pour la fête en général, moi j'ai eu un point de vue, un chouia moins gai dans l'ensemble)

Eli
Répondre

Ha ha heureusement de te savoir bien avisé sur la chose cher renaud. Peut être que j'ai parlé un peu trop vite pour les fêtes. J'ai du déchanter face à l'ambiance terne de noël hier. C'est vrai que ça ne sourit pas trop en ce moment à Lomé. Qu'en sera t il du nouvel an? Wait and see.

Guy Muyembe
Répondre

wallahi! Quand je viendrais au Togo je n'aurais pas de problème d'intégration tant les réalités sociales de là-bas sont identiques à celles de mon pays.

Eli
Répondre

Ah bon? Alors il faudrait en conclure que la règle est africaine.Bonne fete à toi et merci d'etre passé.

Marc
Répondre

Bel article celui-la.
Mais maintenant que toi même tu sais que les gos ont envahi Facebook, Twitter, Internet et les blogs. Il te fallait vraiment dévoiler notre secret ici?
Tu nous as tué, en mettant au vu et au su de tous, nos petites stratégies pour faire gwetta. (lol)
Toujours du plaisir a te lire

Eli
Répondre

Du calme marc. Au contraire il serait mieux qu'elles soient avisées pour qu'elles ne se donnent plus la peine de nous bipper quoi. Merci à toi

Abdoulaye Barry
Répondre

Bonjour
Super comme blog!
J’ai vraiment beaucoup apprécié ta manière d’écrire et ton humour.

Eli
Répondre

Merci bien Abdoulaye.J'en suis flatté.

Aboudramane koné
Répondre

oh Eli, tu as tout dit et bien dit oh. A abidjan, on a coutume à dire entre femme et marabout qui aime poulet ? et entre femme et policier qui aime racket? lool.Gbès est mieux que dra....

Eli
Répondre

Ah cher koné. En tout cas c'est vrai qu'à abidjan on en sait bien de choses sur cette réalité.

renaudoss
Répondre

MDR!!! Le commentaire m'a tué quoi... nos petits stratagèmes vraiment!

jeuneivoiromalien
Répondre

Bien raconté mon cher Eli, un homme averti en vaut deux( dicton ivoirien) alors tous savent quoi faire désormais à part les imminents dragueurs lol, pour qui c'est inévitable...

Eli
Répondre

Et oui moussa ;-)

Judith Gnamey
Répondre

Lol. Eli que raconte tu la?

Eli
Répondre

Oh judith j'ai encore fait quoi. Je ne parle que d'une pure réalité hein ;-)