Sommet de Lomé : Faure Gnassingbé est le prophète Moïse

 

Credit: news.icilome.com
Credit : news.alome.com

A Lomé il faudrait être un aliéné pour ne pas flairer la moindre once de parfum d’un sommet dont la tenue prochaine est claironnée partout, et même sur les ondes de RFI. Excusez du peu. Il faudrait être un de ces jaloux et grincheux opposants pour refuser de voir la vie en bleu comme notre papa Faure depuis qu’il a reçu la divine révélation du précieux « sésame maritime ». Oui, ce sommet sur la sécurité maritime c’est le « sésame d’octobre ». Voici enfin la formule magique qu’il cherchait depuis 11 ans de règne pour nous ouvrir les portes du plein bonheur. Il faut croire que la lettre du 20 septembre dernier à la cybercommunauté ne porte pas qu’un simple message. C’est toute une prophétie que nous avons là. Comme Moise à l’endroit de son peuple, « Miabé Faure* » demande aux togolais d’emprunter la route de la prospérité qui passe par la mer. Allons donc !

A ceux qui osent douter de l’inspiration divine de notre chef bien aimé je tiens à préciser qu’il lui a fallu invoquer les dieux de tous les villages du Togo (il est chrétien et alors ?). Faure Fort heureusement ces derniers ont fait diligence en se ralliant à la cause. D’où le bleu ciel revêtu par la pierre sacrée du peuple Guin en 2015. Ah vous ne le saviez pas hein ! Voilà qui est maintenant clair. Comme le dit un proverbe africain, « à événement spécial couleur spéciale ».

joke

Bon, assez divagué. Je reprends mes esprits.

A travers son message, le « prophète » s’est évertué à démontrer par A+B que cette rencontre internationale, la première du genre depuis des lustres au Togo, est bien ce qu’il nous faut. D’ailleurs pour convaincre les uns et les autres du bien-fondé de la chose et ratisser large, la diplomatie togolaise s’est elle-même mise en branle en faisant le tour des palais présidentiels africains. Difficile, après autant d’égosillements, de rester incrédule sur l’intérêt du  sommet sur la sécurité maritime pour le pays. A n’en point douter c’est une aubaine qui s’offre à certains opérateurs économiques de booster leurs affaires et nouer des partenariats. Les hôteliers qui accueilleront les invités sont certains de faire recette et peuvent s’en frotter les mains. Les organisateurs ne manqueront pas de vanter les potentialités du pays dans le domaine de l’économie maritime avec son troisième quai flambant neuf. Ils y trouveront leur compte sur le plan diplomatique en mettant en avant l’image d’un pays qui a l’air stable. C’est de bonne guerre. Qui va se négliger?

Un sommet vraiment «international»

Le bruit court que pour nous prouver qu’il n’est pas dans les blagues, le « prophète » entendrait recruter à prix d’or des experts étrangers en communication. N’en déplaise aux médias togolais qui s’époumonent à fustiger un mépris pour les compétences locales. Ils ne savent pas que leur président n’aime jamais faire les choses à moitié, et que pour lui un sommet sans experts « internationaux » n’est pas un sommet « international ».

Il n’y a pas non plus de sommet international sans des routes bien propres et répondant aux normes internationales. Vous comprenez donc pourquoi on nous soigne les routes avec autant de soin ces derniers temps et pourquoi pullulent dans la ville des chantiers dont certains sont mort nés parce que suspendus pour une durée qui reste dans le secret des dieux.

Il faut bien nettoyer la route pour que brille l’asphalte. Il faut bien y mettre un peu de décoration pour épater les visiteurs.

                                                      img_20160930_174240

C’est à croire que nous autres togolais nous devrions prier Dieu de nous inspirer l’idée d’un sommet chaque année à Lomé pour qu’on apporte autant de soins à la ville. D’ores et déjà rassurez-vous chers togolais ! Tout porte à croire que nous serons exaucés car le « prophète » dans sa magnanimité nous fera bientôt la surprise d’un sommet Israël-Afrique et de tout le bling-bling qui va avec. Ce n’est pas sympa ça ?

Passer par la mer le ventre creux?  

Je concède volontiers que la route du développement durable passe par la protection de la mer et de ses ressources. Certes le problème n’est pas à prendre à la légère.

Il faut quand même  se rendre à l’évidence qu’il ne s’agit que d’un problème parmi d’autres bien plus préoccupants pour les togolais. Tout l’engouement et les moyens concentrés sur l’organisation du sommet me donnent l’impression que le président n’a d’yeux que pour ce projet pendant que des secteurs importants de la vie sociale et économique du pays souffrent d’un manque cruel d’investissements.

Les infrastructures mises en place et la logistique déployée pour la circonstance, tout cela est bien beau et admirable. Mais j’aurais bien aimé sentir de la part des gouvernants autant d’engouement et de ferveur pour d’autres défis où les togolais les attendent. Nous n’avons droit pour l’instant qu’à un véritable paradoxe. Sous un 3eme quinquennat au pouvoir, que Faure a lui-même qualifié de « mandat social », tout l’argent public part dans les grandes infrastructures, les grandes conférences, les voyages officiels et officieux. Par contre cet argent se fait très rare là où les besoins sociaux sont les plus criants, là où les situations sont les plus désespérées. Les hôpitaux, les écoles et universités restent les parents pauvres des investissements publics. Ce paradoxe affligeant, ce sont des citoyens qui l’expérimentent au quotidien et qui en témoignent.

La quiétude dans laquelle se déroulera le sommet n’est qu’un faux-semblant qui dissimule la grogne sociale qui fuse d’un peu partout. Dans le domaine de l’éducation le gouvernement a eu la malice de prendre de court la menace de grève des syndicats d’enseignants en décidant de reporter la rentrée scolaire. Une manière bien subtile de leur faire l’injonction de la fermer et de circuler. Un bon débarras. Ceux-là ne risquent donc pas de venir gâcher la fête avec leurs revendications.

Le sommet sur la sécurité maritime semble être devenu la priorité des priorités, la grande attraction qui prime sur tous les besoins essentiels des populations, la direction que tout le monde doit privilégier au détriment de toute autre trajectoire.

Nous voulons bien passer par la mer mais pas en ayant le ventre creux ni une santé d’argile. La route du développement durable que nous attendons est celle qui passe par l’équipement des hôpitaux pour des soins de qualité, des conditions de travail acceptables pour élèves, étudiants et enseignants, ainsi qu’une répartition juste et équitable des richesses.

Ce n’est pas si compliqué monsieur le « prophète » ! 

*Miabé Faure = notre Faure en langue mina. Expression apparue lors de la dernière campagne électorale de 2015

 

 

The following two tabs change content below.
Eli
Je suis Roland Eli Akue, jeune juriste passionné de littérature et du social media. Ce blog se veut l'écho des réalités que je vis, de même qu'un créneau pour faire découvrir et découvrir des autres. Je vous y attends donc pour vous embarquer dans mon aventure sur Mondoblog. Alors en route!

6 réflexions au sujet de « Sommet de Lomé : Faure Gnassingbé est le prophète Moïse »

  1. L’idée est bonne, l’initiative est très louable. L’intérêt est de fustiger un fait. Et après, l’analyse est quoi ? Certains pensent que, c’est un gâchis, d’autres disent que c’est anti social. Mais on veut quoi ? Si vous avez un mariage ou un truc sérieux, allez-vous votre laisser votre maison sale parce qu’il y a pas de farine pour la patte? Parce que certains de votre entourage ont que vous allez pas construire ? Parce qu’il y a un deuil dans votre entourage que vous n’allez pas fêter votre nouvelle promotion ? On me dira que c’est la même chose. L’expression de la joie ou de la réussi nous rend meilleur.

    1. L’intérêt de l’événement est bel et bien reconnu. Personne n’interdit au Togo d’accueillir de grands évènements. Il en a le plein droit comme tout État. Il ne s’agit pas dans le billet de critiquer pour critiquer mais de dire une réalité: l’engouement pour certains investissements qui contraste avec un traitement léger des besoins sociaux qui requièrent la même attention. C’est aussi simple que ça
      Merci d’être passée justine

    2. MDR! Moi je me suis bien marré en parcourant le texts, surtout avec les nuances bien inspirées.
      En me plaçant dans un coin de l’image et en observant, je me dis pourquoi pas un événement international pour remettre un peu de lumière sur le Togo. Bof pendant qu’on y est notre, ailleurs le Togo n’est pas un enfant modèle hein. Moi j’ai tendance à voir tout cela comme un appât. Plus d’investisseurs=plus d’opportunités et plus d’argent. Après tout si tu as un besoin de 10000f et tu n’as que 500f au moins tu peux faire « toffi » avec, et qui sait tu pourras subvenir à ton besoin dans un avenir proche. On peut aussi choisir de dépenser les 500f et de croiser les bras en attendant la prochaine moisson.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *