Au bal des élections africaines le Togo peut-il danser comme le Nigeria?

Dépouillement dans un bureau de vote Crédit: lanouvellerepublique.fr

Au bal des élections africaines en 2015 le Nigeria vient de jouer sa partition de fort belle manière. L’heureux épilogue du scrutin marquant la première alternance démocratique du géant de l’Afrique a été rendu possible par le fair-play exemplaire d’un Goodluck Jonathan défait. Dans une Afrique en plein balbutiement démocratique où les élections sont rarement une partie de plaisir, le scénario nigérian est un bel exemple pour les autres pays africains qui se préparent à la présidentielle.


Le continent assistera cette année à une série ou plutôt un bal d’élections. A ce bal ouvert par la Zambie et le Nigeria, le Togo est aussi attendu parmi tant d’autres. Pourra-t-il s’inspirer de l’exemple nigérian, danser aussi bien sinon mieux que le Nigeria ?
Bien évidemment, face au dénouement du scrutin nigérian beaucoup de Togolais ont été saisis d’admiration et ont nourri secrètement le rêve de connaître la même embellie, la même fièvre au soir de la proclamation des résultats de la présidentielle. Oui, beaucoup veulent que ce pays étonne positivement l’Afrique par une élection propre et des résultats crédibles acceptés de tous.

Les Togolais voudraient bien d’une élection à la nigériane sur leur territoire, mais ils ne sont pas pour autant naïfs. Ils sont conscients qu’en matière électorale le Togo reste égal à lui-même, indifférent à toute embellie qui tient à un scrutin exemplaire sous d’autres cieux. En ce qui me concerne, depuis le jour de délivrance de ma première carte d’électeur je n’ai jamais connu d’élection présidentielle sans contestations. Chaque scrutin présidentiel déchaîne les passions, fait l’objet de vives accusations de fraudes et parfois est émaillé de violences comme on en a connu en 2005. Une année noire qui continue de marquer les esprits et que personne n’est près de revivre.

259 735 doublons ?

Aujourd’hui il est difficile d’imaginer pour la présidentielle togolaise un épilogue similaire à celui du Nigeria. Les conditions dans lesquelles cette élection se prépare prêtent au scepticisme. Nous nous acheminons vers un scrutin dénué de suspense et au verdict prévisible, car des obstacles à la transparence pointent déjà.
La fiabilité du fichier électoral cristallise toutes les attentions de l’opposition qui relève certaines défaillances. En attendant le rapport des experts de l’OIF sollicités par le gouvernement, Alberto Olympio du Parti des Togolais estime que le fichier serait infesté d’au moins 259 735 doublons selon ses enquêtes. Ce dernier dont la candidature était pressentie a d’ailleurs justifié son refus de se présenter par la mauvaise qualité du fichier électoral. En dépit des cris d’alerte qui fusaient dans le pays, il a fallu au gouvernement une proposition de la Cédeao pour décider d’un report de 10 jours du scrutin. Un délai insuffisant et qui risque de compter pour du beurre à en croire Judith.

A quoi bon organiser une compétition dont des règles ne sont pas unanimement admises par les joueurs ? Depuis la modification unilatérale de la constitution en 2002 nous sommes passés du scrutin à 2 tours à un scrutin à un seul tour que le regretté général Eyadema a jugé bon de baptiser « un coup K.O ». Incapable de contraindre le pouvoir aux réformes prévues par l’accord de 2006, l’opposition qui a toujours décrié ce mode de scrutin continue quand même d’aller aux élections avec à la clé les mêmes résultats. Elle accompagne toujours le pouvoir à chaque élection en l’absence de règles électorales consensuelles pour en sortir bredouille.

Des résultats connus d’avance

Comment espérer un scénario à la nigériane alors que ce scrutin par son organisation ne diffère pas de celui de 2010 qui a été contesté ? Qu’y a-t-il de particulier à attendre d’un scrutin qui ne repose pas sur de nouvelles bases, faute des réformes préalables désirées par 85 % de Togolais ? De l’issue du scrutin nigérian on a vite fait de déduire que désormais en Afrique un président pouvait organiser une élection et la perdre. Ah bon hein ?! Vous croyez vraiment que c’est pour rien que notre « papa Faure » s’est donné la peine de surseoir à ses voyages intempestifs pour enchaîner les inaugurations ? C’est mal connaître l’homme et le pays. D’ailleurs, ce n’est quand même pas une opposition divisée entre participationnistes et boycotteurs qui va le priver du sésame pour les délices d’un 3e mandat. Les choses prenant l’allure d’une formalité d’usage, je n’ai même pas besoin d’aller voter le 25 avril prochain. Je ferais mieux d’attendre tout bonnement devant mon petit écran la proclamation de ces résultats qu’on connaît déjà. En tout cas, je ne demande qu’à être agréablement surpris.

Au-delà de tout, le beau spectacle du Nigeria me fait penser que bon an mal an, la démocratie en Afrique est en train de faire son chemin. On a vu survenir dans certains pays des changements positifs qu’on aurait difficilement imaginés jadis. C’est bien au Nigeria, ce pays gangrené par tant de divisions politico ethniques que s’est opéré une alternance dans des conditions pacifiques. C’est bien ce général Buhari ancien putschiste ayant assujetti le pays au pouvoir militaire qui revient aux affaires par une voie régulière et démocratique. La roue de l’histoire tourne, tout est possible en ce monde et bien malin qui pourra prédire les événements futurs avec exactitude.

The following two tabs change content below.
Eli
Je suis Roland Eli Akue, jeune juriste passionné de littérature et du social media. Ce blog se veut l'écho des réalités que je vis, de même qu'un créneau pour faire découvrir et découvrir des autres. Je vous y attends donc pour vous embarquer dans mon aventure sur Mondoblog. Alors en route!
Eli

Derniers articles parEli (voir tous)

14 réflexions au sujet de « Au bal des élections africaines le Togo peut-il danser comme le Nigeria? »

  1. C’est un sacré réquisitoire qu’on a là. Quand un élection prend plus des allures de mascarade macabre et risible, je crois qu’on peut dire qu’il y aura de la danse. Nous allons danser, mais certainement pas une danse à la Flavour ou Davido. Non, le tempo est déjà faussé, à moins que les grands-seigneurs (les patrons de nos présidents) ne nous concoctent un licenciement à la Compaoré, nous sommes bien partis pour danser sur la sombre musique qui aura ponctué nos cinq dernière décennies.

    1. Nous qui sommes si friands de musique nigeriane, nous allons devoir danser cette fois sur un autre rythme plus fade et moins enthousiaste avec un scénario aux antipodes de ce qui s’est passé au Nigeria. Pour ce qui est du système démocratique pratiqué en Afrique je suis d’avis avec toi. La démocratie africaine n’est qu’une tropicalisation des systèmes politiques d’occident. Il est important de penser à établir des paradigmes constitutionnels adaptés aux réalités locales. Ce qui n’empeche pas d’emprunter aux autres civilisations ce qu’elles ont de pertinent. Merci pour ton regard percutant sur la question

  2. « Au-delà de tout, le beau spectacle du Nigeria me fait penser que bon an mal an, la démocratie en Afrique est en train de faire son chemin. » Un optimisme plaisant et certainement justifié sur le fond, contrairement à ce qui se dit dans les cercles incultes et pseudo-intellectuels, l’Afrique est un peuple avec un très longue tradition démocratique.
    Ceci étant, j’ai toujours trouvé que la démocratie (la démocratie telle que nous la vend l’Occident, celle que, dans le sillage de la philosophe Simone Weil, j’appelle « la démocratie de marché et d’opinion »), j’ai toujours trouvé que c’était un cadeau un peu trop bien emballé, mais ça on y reviendra. En attendant, dansons frère, dansons. Prenons un bon verre et regardons, votons si le cœur nous en dit, si nous avons se courage tyrannique et tortionnaire.

  3. Très bon article ! sauf que sur cette affaire de très belle élection à la nigériane, tout le monde cherche à prouver que si Goodluck Jonathan avait gagné, alors les élections ne seraient pas estampillées crédibles. La pauvreté de notre histoire politique depuis les indépendances a aliéné l’africain lambda (et j’en fais partie) sur ce simple fait : Si la personne au pouvoir ne perd pas les élections face à l’opposant, alors l’élection n’est pas crédible. Je retourne encore la théorie autrement. Si au soir de la proclamation des résultats, le camp actuellement au pouvoir au Togo est victorieux, on pourra dire automatiquement (sans aucun recul) que les élections ne sont pas crédibles. Mais nos pensées sont appelées à évoluer par écoles successives, fort des expériences qui s’amoncellent d’élections en élections. Pour qu’un jour le togolais lambada (et j’en fais partie) puisse apprendre à accepter les résultats des élections.

    1. Eteh je partage partiellement ton idée en ce sens qu’une élection crédible et transparente n’équivaut pas de façon impérative à une élection remportée par l’opposition. La transparence réside dans l’organisation et non dans la personne du vainqueur. Néanmoins s’il persiste en Afrique la présomption que le candidat sortant est censé perdre en cas de transparence c’est aussi à cause de ces velleités de maintien au pouvoir qui ont créé des conflits électoraux comme en cote d’ivoire et au kenya en 2007. Le fait que les règles du jeu (mode de scrutin) ne soient pas consensuelles au Togo renforce la suspicion. Tout de meme le fair play est une valeur qui fait souvent défaut chez les acteurs. Merci à toi

  4. Bel article. Moi je me demande souvent chez nous en Afrique, pourquoi le mot « élection » doit OBLIGATOIREMENT suscité frayeurs et angoisses. Ne peut-on pas faire des élections sans « transpiration »? J’espère le cas du Nigeria fera école !

    1. Je me pose les memes questions benjamin sans en trouver des réponses. Le jour où nous comprendrons qu’une élection est ce jeu où on s’en remet au choix de la majorité nous aurons fait un grand pas. Amitiés.

  5. De loin, on y croie aussi, et on n’a meme pas honte de « s’estampiller » reveur ;). Mais helas la notre n’est pas un conte de fee…pour cela il nous faudrait une baguette magique pour faire un grand nettoyage. A nos espoirs partages!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *