Welcome back, hyper président!

credit: fr.wikipedia.org
credit: fr.wikipedia.org

Depuis son départ de l’Elysée en 2012, Nicolas Sarkozy a fait montre d’une discrétion apparente. Sur les médias il n’apparaissait que brièvement à la faveur de ses joggings matinaux ou de sa participation à des conférences publiques. Il était pourtant difficile de le croire totalement désintéressé de la politique, lui qui fut connu comme un « hyper président » et qui malgré son départ du pouvoir faisait encore parler de lui, du moins, sur le terrain judiciaire. Comme il fallait s’y attendre, l’homme a décidé de reprendre du service et a annoncé publiquement son retour via Facebook. Mais y a t il grand-chose pour les français à attendre du come back d’un homme qui n’a pu les convaincre au plus fort de la crise en 2012 ?
Le moins qu’on puisse dire c’est que Nicolas Sarkozy s’est plutôt bien préparé quant à l’annonce de son retour. Après avoir accordé l’exclusivité de l’information à ses internautes sur Facebook, il était dans une interview sur France2 l’attraction du journal de 20h ce dimanche 21 septembre où il s’est largement exprimé sur la politique française. Il a au passage profité pour tacler François Hollande sur ses promesses électorales.
Le moment choisi pour rebondir sur la scène me fait dire que Sarkozy est un opportuniste. En réalité l’UMP qui doit élire un nouveau président en novembre prochain est en proie à une guerre de leadership mettant aux prises certains cadres du parti parmi lesquels Alain Juppé et François Fillon. C’est dans ce climat tendu que les sondages le créditent d’une popularité dans son camp politique puisque 75% des sympathisants de l’UMP souhaiteraient le voir prendre les rênes du parti. De plus toujours selon ce sondage, 57% des électeurs FN l’estiment capable de rassembler les français. C’est en tout cas une véritable aubaine pour un Sarkozy qui se veut modeste en déclarant :

je n’ai jamais prétendu être le sauveur.

Il oublie pourtant que se porter candidat à la présidence de l’UMP c’est se proposer indirectement de sauver son parti du risque d’implosion. Et si éventuellement il visait la présidentielle de 2017-on n’en est pas encore là- il lui faudrait aussi proposer un plan pour sauver la France des affres de la crise. Dans ce dernier cas je doute fort qu’il soit l’homme de la situation.
Même s’il semble promis à la présidence de son parti à cause de la popularité dont il jouit à l’interne, Nicolas Sarkozy s’il se décide à représenter le parti à la présidentielle de 2017 aura fort à faire face à un challenger de taille : Alain Juppé dont la candidature serait appréciée par 33% de français contre 26% pour l’ancien président. L’intéressé n’a encore rien confirmé pour 2017 mais l’hypothèse d’une candidature n’est pas à écarter. J’estime en tout cas qu’il ne serait pas le meilleur représentant de la droite en 2017. Pourquoi ?
D’abord parce que l’homme n’a pas fini de se défaire de tous ses soucis judiciaires. Cela fait 3 ans depuis sa défaite qu’il s’emploie à défendre son honneur face à près de 7 affaires judiciaires, ni plus ni moins: affaire Tapie, affaire Karachi, affaire Bygmalion, affaire Bettencourt, supposé financement libyen, écoutes téléphoniques, sondages de l’Elysée. Quelque soit l’aboutissement de ces affaires il lui faudra suer sang et eau pour reconquérir la confiance des électeurs. En tout cas pour un homme dont la probité a été mise à mal il ne sera pas si facile de se voir confier le prochain quinquennat. D’ailleurs à l’heure actuelle deux français sur trois n’aimeraient pas que Nicolas Sarkozy se présente en 2017.
Ensuite je pense qu’un remake de 2012 avec un duel Hollande-Sarkozy en 2017 ne prêterait pas vraiment à l’optimisme. Pour l’instant nous en sommes encore loin d’autant plus que sur sa route vers la candidature en 2017 Sarkozy devra affronter de sérieux prétendants. Un choix entre Hollande et Sarkozy correspond pour moi à un choix par défaut. D’un coté Hollande n’a pas su combler les attentes et de l’autre, Sarkozy au pouvoir n’a pu faire grand-chose contre la crise. Chacun a déjà fait ses preuves et a montré ses limites.
Tout en souhaitant un bon retour à Nicolas Sarkozy, je voudrais recommander à la France de chercher plutôt du sang neuf un peu comme l’Italie gouvernée par le jeune Matteo Renzi.

The following two tabs change content below.
Eli
Je suis Roland Eli Akue, jeune juriste passionné de littérature et du social media. Ce blog se veut l'écho des réalités que je vis, de même qu'un créneau pour faire découvrir et découvrir des autres. Je vous y attends donc pour vous embarquer dans mon aventure sur Mondoblog. Alors en route!
Eli

Derniers articles parEli (voir tous)

4 réflexions au sujet de « Welcome back, hyper président! »

  1. Eh oui, hyper président est de retour dans les arcanes de la république. Sa réthorique, son éloquence, sa prestance et ses répliques m’ont manqué.

    Je crains juste que par le hasard des choses il ne fasse à Hollande ce que Hollande lui a fait. Une humiliation claire et nette! Wait & See !

    1. Pour en arriver là il lui faudra passer bien des obstacles. Je suis dubitatif quant à ses chances au regard d’un bilan qui ne plaide pas pour lui.
      Mais avant tout wait and see comme tu l’as dit 🙂

  2. Bien réfléchi, bien écrit. Il va ressortir par la petite porte de l’Histoire. Celle qu’il prétendait à Dakar que nous n’avons va su pénétrer. Dès qu’un homme (surtout politique) se sent indispensable, sa dérive est inévitable.
    Mes amitiés.

    1. Merci bien cher Debellahi. Le fameux discours de Dakar je m’en souviens encore et nous l’avons reçu comme une baffe en pleine figure, un manque de considération pour l’Afrique. Merci d’être passé. Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *